Rechercher

Ouvrir son cœur et ...



Définition : Vise à faire évoluer une personne. Semble relativement simple en théorie, la pratique quant-à-elle, s'avère plus délicate.


Pourtant... c'est ce que nous cherchons n'est-ce pas ?

Grandir et évoluer, socialement, professionnellement parlant, évoluer dans l'intelligence et la connaissance.

Devenir quelqu'un de meilleur.

OUAI MAIS C'EST CHAUD !!!

Bah ouai t'as cru que tu naissais avec une carte dans la bouche qui répertorie tous les endroits où trouver les bonnes clés pour avancer ?

Mais surtout faut prendre en compte aussi touuuuuuuut les murs à se prendre avant de gravir juste UNE marche ! C'est dingue...


Mais non en fait. Pas tellement. Moi je pense que le plus dingue c'est d'oser penser qu'on est déjà arrivé au bout. Si ma grand-mère apprend encore, j'imagine que j'ai le temps de mon côté, pour continuer à me planter, et à réussir.


C'est donc sans culpabilité mais avec l'envie d'échanger avec vous sur un sujet qui me tient énormément à cœur que je débute cet article.



Depuis la création de mon Oiseau, je fais de mon mieux pour vous offrir de ma passion. L'univers que j'ai créé à travers Kurulla, qui se voulait doux et sincère est un succès à mon cœur. J'ai réussi à créer exactement ce que je voulais tout en m'apercevant petit à petit que chaque collection devenait meilleure.

Je me suis donnée corps et âme pour vous présenter des pièces dignes de ce que je voulais que Kurulla soit.

Des mois entiers à découper, coudre, m'énerver sur mes aiguilles, à imaginer, programmer, sourcer, rire de satisfaction...

Des mois entiers qui, petit à petit, deviennent des pièces en ruptures, alors je dois produire à nouveau. Des pièces qui ne partent pas. Alors les gens n'aiment pas ? Je dois créer quelque chose de mieux. Perte de confiance ...



Savoir ça est une étape, l'ancrer définitivement dans sa tête, ça s'appelle : Grandir.


Et ces derniers mois, j'ai beaucoup grandit.

Déjà, j'ai appris à aimer ma vie. À accepter que tout n'allait pas se passer comme je le souhaitais. À force de vouloir tout contrôler, j'avais arrêté de respirer.


En Juillet, ma Maman m'a dit "Kurulla n'est pas viable".

J'ai acquiescé en lui disant qu'elle avait raison comme si j'étais déjà au courant. Au fond, mes boyaux étaient crispés et mon coeur battait trop vite. Bien sûr que j'étais au courant. J'avais justement pas envie qu'on me le rappelle.

" Je remets pas en cause tes produits où ton univers, c'est très joli ce que tu as créé, mais c'est pas rentable, tu ne te payes pas assez et tu travailles trop." À t'elle ajouté.


Il m'a fallu quelques temps pour accepter que OUI Kurulla n'est pas viable. Mais au lieu de m'effondrer, j'ai puiser toutes les raisons qui ont fait POURQUOI j'ai créé mon oiseau et j'ai décidé de le sauver.

J'ai donc retrouvé un job alimentaire à mi-temps, et j'ai pu garder 3 jours pleins dans la semaine pour Kurulla.

Je n'ai plus peur de ne plus pouvoir payer mon loyer, j'ai gagné en sérénité et renoué avec l'extérieur (dont deux collègues supers ) ce qui m'a donné un vrai coup de fouet !


Un pas énorme pour moi qui faisait des crises de panique à l'idée de devoir retrouver un travail. Finalement, après un temps d'adaptation, mes deux boulots me conviennent plutôt bien pour l'instant... oui parce que je sais que ce n'est pas définitif et que d'autres projets se mettent en place aussi ... 🙈


Ça ne s'arrête pas là. J'ai décidé d'enfiler une bonne fois pour toute ma casquette de chef d'entreprise et de redresser Kurulla comme il se doit !


Le passé est le passé. Kurulla aime son présent, et ayant retrouvé mes Terres natales proche des montagnes, Kurulla sera petit à petit bercé par de nouveaux visuels, qui auront pour but de vous faire voyager différemment avec mes nouvelles créations. Le Sri Lanka fut une source d'inspiration magnifique, mais je ne me retrouve plus dans cette Mimi là qui, depuis son retour, à tellement grandit.


Des changements seront donc à venir :

  • Une montée en gamme : d'une part parce que mon savoir-faire à sincèrement level up ces derniers mois mais aussi parce que mes modèles sont de plus en plus détaillés et par ce fait, prennent plus de temps à la confection.

  • Je veux enfin vivre de Kurulla de façon pérenne et je veux me payer ce que je me dois réellement. Ayant trop voulu préserver votre porte-monnaie et l'accessibilité du plus grand nombre à mes produits, j'ai été obligée de créer beaucoup pour finalement gagner peu.

  • Les prix vont donc augmenter. Il y aura moins de pièces pour encore plus de qualité. Je ne vais pas vous cacher également que le prix des tissus et de mes autres matières premières ont augmenté. N'achetant que des tissus fabriqués en France ou dans des pays proches, cela rajoute une valeur à mon prix d'achat et donc, à mon prix de vente.



Mes valeurs éthiques mais aussi les valeurs que je me suis données. Pour être qui je suis et ce que je veux être. Et si mon âme est si heureuse à l'idée de continuer à regarder mon Oiseau voler, c'est que je suis au bon endroit.


Voyez par vous-même :



Et là vous vous dites ? "Euh... elle est pas dingo celle-là ?"

Moi ce que je me dis : "Les 2 heures de fabrication sont en fait ce que je gagnes. Puisqu'au lieu de payer une couturière je me paye moi. Donc en soit, je gagne 50 euros/pantalon !"

Maintenant dans votre tête c'est un peu : "Euh... et c'est quand qu'elle se paye le temps à passer à préparer les colis, faire les shootings, poster les nouveaux articles sur son site, à répondre à ses clients et tout le reste ? Et son bénéfice est vraiment de 15 euros par pantalon?"

Ah non ? C'est pas ce que vous vous dites ? Bah du coup je laisse cette question être libre à la réflexion !


Tu m'étonnes que j'ai l'impression de brasser de l'air !!!

Alors heureusement, il y a certains produits pour lesquels ma marge est plus élevée mais autant qu'on se le dise, ça ne fait que minimiser la casse.


Grandir passe par accepter de se remettre en question.

Chose que j'avais l'impression de faire constamment !!!! Mais le soucis c'est que je fermais les yeux sur le vrai problème en remettant la faute sur le Covid, le mauvais temps, mon compte Insta et c'est aller jusqu'à la qualité de mes produits et mon image de marque, jusque MOI tout entière !

"Suis-je faite pour ça ?"

MAIS OUI !!!!


" Ah mais ça va en vrai les prix, je m'attendais à plus. Mais attend, c'est toi qui fait tout vraiment ? "
" C'est pas cher... pour du fait main franchement tu pourrais augmenter. "
" C'est toi qui fait du coup ? Genre avec une machine à coudre ? C'est pas cher. "
" Quand j'ai vu ton Insta, je me suis dit Wow la qualité ! Puis quand j'ai vu les prix sur ton site je me suis quand même demandé si tu faisais vraiment tout toute seule."

Je vais pas faire comme si personne me l'avait dit. Mon image de marque et les produits mis en vente sont en décalage avec leurs prix. Mais au final, j'imagine que beaucoup d'artisans créateurs aimeraient me taper sur les doigts voir pire ! Car dans un sens, en proposant des prix qui ne reflètent pas la valeur du travail d'un artisan, je décrédibilise un savoir-faire, dont le mien.


La vérité dans tout ça, c'est que je n'ai pas créé Kurulla dans l'optique de devenir une business women. Kurulla a été créé dans le but de partager une vision de la vie.

C'était pour moi l'occasion de réunir au même endroit des gens qui se comprennent. Je voulais créer une sphère invincible pour hypersensibles et âmes libres, grâce à ma passion pour la mode. La mode, même si elle peut être vue comme superficielle, est plutôt pour moi un moyen de se dévoiler, de s'assumer et d'accepter qui nous sommes. C'est ne plus avoir peur des autres, c'est plutôt de s'en inspirer. Inspirons nous. Réunissons-nous. Voilà, ce qui m'a donné envie de créer Kurulla.


Inconsciemment, pendant que les mois et les années défilaient, enfermées dans mon petit Atelier, je me coupais du monde tout en ayant pour but d'en créer un nouveau. Un monde dans lequel je me sentirais plus à ma place.


Mais à quoi bon vouloir changer un monde, lorsqu'il suffit de se changer soi ?!

C'est donc en sortant de mon Atelier, me mettant face à mes devoirs et responsabilités que j'ai eu la réponse. Elle n'est pas évidente à accepter, mais je sais maintenant qu'il faut savoir confronter sa peur de l'échec pour pouvoir réussir.


Je décide donc de mettre toutes les chances de mon côté pour continuer à faire voler mon Oiseau bien longtemps.


Rien ne change, tout s'arrange ! J'ai hâte de continuer à écrire cette folle aventure avec vous. Je suis plus déterminée que jamais et c'est en grande partie grâce à votre soutien ! J'espère vous voir encore fidèles à cet univers, qui je le promets, portera toujours aussi haut et aussi fort les valeurs du respect, de la bienveillance et surtout ... de l'authenticité.


Merci de m'avoir lu jusqu'ici,


Je vous aime,

Mimi


248 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout