Under the ocean sky


C’est tout en énumérant mes rêves sur un bout de papier que j’étais entrain de finaliser l’organisation de l’un d’eux.

Partir en road trip sur la côte ouest française avec mon propre van. J’allais enfin pouvoir le cocher sur ma Dreamer’s check-list.

Mes doigts valsent à toute allure sur ma machine à coudre afin de finaliser les rideaux de mon futur Home Sweet Home pour 10jours.

Préparer un road trip en deux jours... c’est sportif. Surtout sous une canicule Lyonnaise.

Puis j’y suis arrivée, sauf si l’on parle de l’isolation du van bien sûr. Mais l’été tout est possible, la décoration est donc passée avant.


Ma planche de surf, celle de skate, deux maillots de bain, de quoi m’habiller, du café, une serviette de bain, mon appareil photo, un carnet, 3 stylos, de quoi faire ma toilette, de l’eau de coco et mes nouveaux produits Kurulla a shooter.

Je ferme le coffre.

Yala Habibi, c’est maintenant que ça commence.

C’est Mother de Pink Floyd qui vole dans mon Van pendant que mes yeux commencent à se poser sur un paysage qui n’est plus le même qu’à Lyon.


Je ne réalise pas ce que je suis entrain de faire. Mon état est proche de l’inconscience volontaire. Comme si j’avais attendu ce moment si longtemps et que maintenant qu’il est là, j’ai peur qu’il se termine. Je chasse mes peurs, et j’ouvre mon esprit à chaque opportunité et chaque signe qui se dressera sur mon chemin. Car rien... absolument rien n’arrive pas hasard.

Alors je ne dois pas culpabiliser de laisser un peu Kurulla pendant 10jours afin de recharger mes batteries et ma détermination !


Emprunter la Nationale c’est chouette !

Premier stop décidé sur l’instant, j’ai faim et même si je ne sais pas où je suis, la petite rivière dans le contrebas du village est très mignonne. Oh un parking ! Oh de la Pelouse ! Oh de l’ombre ! Où est ce que j’ai rangé la salade de riz ?

Rassasiée, un dernier verre de jus de mangue, et cette fois c’est avec Léonard Cohen que je démarre le moteur de mon Vito.


4 heures viennent de s’ecouler. J’eteinds le moteur fasse au skate park d’Aurillac.

J’ai sûrement très peu de temps avant qu’un déluge ne me tombe sur la tête... alors je laisse les roues de ma Coconut Board se défouler dans ce terrain de jeu plutôt cool et surtout déserté par la population.


Je suis entrain de renouer avec ma liberté.

Je ne suis pas au pumptrack de Perrache où chaque courbe me rappel un instant, ni sur les quais du Rhône où chaque centimètre est un sentiment de déjà vu. Je suis entrain de me créer de nouveaux souvenirs. D’enrichir mon expérience et de rider seule dans un park qui n’est pas celui que j’ai ridé déjà beaucoup trop de fois...


Je voulais du changement ? Un nouveau souffle. Tranquille ... je vais être servi.

1 heure passée, tandis que les nuages se rapprochent, je m’avance vers mon Kurulla Van, direction le soleil.

Mon cœur est attiré par la lumière, c’est donc tout simplement que je me suis mise à rouler face au soleil et dos aux nuages.


Ca tourne par ici. Heureusement que je conduits car j’aurai déjà refourgué ma salade de riz à mère nature.

Les paysages sont splendides. Le soleil commence doucement à se coucher, les collines brillent et les arbres se cachent.


J’ajoute 2 heures à mon compteur et je pars à la recherche d’une pizza 4 fromages base crème et d’essence. Je fais un premier stop dans un petit village inventeur du distributeur de pizza chaude. Assommée par cette idée, je décide de continuer de rouler un peu.

Un deuxième stop essence. Puis un troisième à Tulle. La ville sombre. Les maisons auraient besoin d’un bon coup de nettoyage !! Mais à défaut de me donner envie d’y rester, elle me donne l’occasion d’y commander une pizzas 4 fromages base crème.

Je m’ecroule sur la matelas dans mon van en attendant que la délicieuse odeur du fromages vienne chatouiller mes narines !


Ding !! J’embarque ma pizza et je pars à la recherche d’un coin poseyyy pour manger !

La nuit est presque là. D’immenses arbres m’entourent, derrière moi mon van, derrière mon van, une forêt qui semble aussi magique que flippante. J’engloutis trois parts, ça fera pour demain, j’aggripe le volant et je me mets à chercher un endroit où dormir. Bien Mimi, c’est 22:30 et tu ne sais toujours pas où dormir !!


23:30.

Les feux du Vito éclairent l’immensité. Merci à l’application park4night pour m’avoir aidé a trouver un endroit où me poser !

Je me fais pas prier, je regarde une dernière fois les étoiles et ferme les rideaux pour une première nuit dans mon Kurulla Van.



Good morning !!!

D’un côté, un lac, de l’autre ... la campagne profonde.

C’est le moment du café ! Le réchaud va-t’il marcher ?

Et victoire !!!

Un bon café au lait servi dans une bouteille d’eau de coco ouverte en deux et un sun salutation pour ne pas perdre les bonnes habitudes. Je veux que tous mes matins ressemblent à ça.

Je m’imprègne du moment. Des odeurs, de la vue.

Je remercie le ciel de me permettre de vivre ce genre d’instant et de sortir de ma zone de confort.

V’la le moment où mon café / clope fait effet... un rapide pipi derrière une fougère et le reste attendra plus tard ! Il est temps de voguer jusqu’à mon prochain stop : Lacanau.

Deja 6heures de route dans les pattes, mais l’idée de poser mon regard sur l’horizon de l’océan me fait passer la 6 ème vitesse.

J’arrive à Libourne. Pensée à Camille, amie et camarade de fac qui habitait ici il y a encore 5 ans... Bordeaux n’est pas loin. Bordeaux ville de création de mon indépendance, ville de mes souvenirs de lorsque j’avais 18 ans, ville que j’ai quitté pour le Sri Lanka lorsque j’en ai eu 21. Je ne passerais pas dans tes rues de pavés cette fois, cette fois je trace tout droit jusqu’aux vagues de l’ocean atlantique.


Je coupe le moteur une fois de plus. Mais cette fois, c’est sous une forêt de pins que je le fais. Mes pieds posés à terre touchent le sable chaud de la plage sud de Lacanau. Here I am.

Malgré les 8 heures de route que je viens de m’enquiller je n’ai pas le temps de réfléchir sur le pourquoi du comment. J’embarque ma planche de surf, une bouteille de jus de Cramberry (vive les infections urinaires qui débarquent quand elles en ont envie), et je grimpe la dune qui me devoilera à son sommet, l’immensité d’une étendue bleue familière.


Ce n’est pas la première fois que je viens ici. Je me souviens de mes premiers cours de surf qu’Erwan mon meilleur ami m’avait donné sur cette même plage il y a maintenant 5 ans de ça. Je me souviens d’une nuit passée dans une Alfa Romeo sur le parking de la centrale, aux côtés d’un homme que j’ai laissé pour le Sri Lanka il y a 4 ans. Je me souviens de ces vagues... les souvenirs réapparaissent les uns après les autres, et aucun d’eux ne me rendent triste ou morose. Au contraire. Je suis entrain de renouer avec la vie que j’avais choisie de me créer en partant de Lyon l’année de ma majorité.

Maintenant, let’s surf !!!


Mince mais... ma planche n’a plus de Wax... Et plus de leash non plus. Deux ans sans surf... voilà le genre de galères ridicules d’une surfeuse d’été. Welcome to my world !!!

Avantage numéro 1 de Instagram :

rencontrer des gens qui connaissent des gens avec un leash.

Avantage numéro 1 d’etre moi :